Projet de recherche doctoral numero :2982

Description

Date depot: 1 janvier 1900
Titre: Intégration des services associés aux objets du monde réel dans l'internet du futur
Directrice de thèse: Selma BOUMERDASSI (CEDRIC)
Domaine scientifique: Sciences et technologies de l'information et de la communication
Thématique CNRS : Non defini

Resumé: Le rôle traditionnel des réseaux a toujours été d’interconnecter des matériels distants les uns des autres, tels les ordinateurs et les téléphones. Cette fonction est de plus en plus reconnue comme déficiente et inadaptée aux applications centrées réseau ou centrées information (network-centric, information-centric), lesquelles sont responsables de la majeure partie du trafic Internet. L’approche centrée information consiste en le fait de présenter une abstraction de la communication aux applications. Cette abstraction leur permet de transférer un objet au sens applicatif du terme plutôt qu’une multitude de flux d’octets. Le fait qu’une « adresse IP » désigne à la fois le nom (l’identifiant unique) et le lieu (point de rattachement au réseau) d’un noeud représente une surcharge sémantique qu’il conviendrait de remplacer par une séparation claire entre l’information d’authentification et celle de lieu. Différents modèles existent déjà (HIP, I3, LNA, NodeID). Mais, ils n’intégrent pas mobilité, multidomiciliation (multihoming) et sécurité au coeur de l’architecture. Or, une telle intégration permettrait à l’utilisateur en fonction de sa situation en temps réel, de décider de son trafic entrant, ou encore d’adapter la protection du contenu ou la gestion des droits d’accès. Le besoin d’une approche centrée information est flagrant au regard du nombre croissant de surcouches créées dans l’unique but de disséminer de l’information (Akamai CDN, BitTorrent, Skype, Joost. . .). L’objectif est bien de remplacer l’approche centrée serveur, par une structure distribuée auto-adaptative. Donner aux applications cette abstraction où, qui plus est, les copies seraient en tous points identiques à l’original (caching) est à notre portée. Il est effectivement possible aujourd’hui de passer d’une vision traditionnelle (pages web, fichiers son/vidéo, flux multimédia) à une vision « service conversationnel » comme la téléphonie ou « service de transit » comme le courriel. Une attention particulière sera nécessaire pour le sans fil, les infrastructures hétérogènes et à interruption de service. L’« Internet du futur » sera donc l’« Internet du contenu », où mondes réel et virtuel seront intimement liés. Il devra donc intégrer les objets du monde réel et les services associés ; cela fait l’objet d’un champ de recherche spécifique : l’« Internet des objets » (Internet of Things, IoT).



Doctorant.e: Costantini Herve